Trek autour de l’Auzangate

Du 23/08 au 26/08 :

Après quelques jours à Cusco, nous partons faire un trek  de 4 jours autour de l’Auzangate. Il fait parti des monts les plus hauts du Pérou et se situe au sud-est de Cusco.

Jour 1 :
4h15 de marche
On prend un bus depuis Cusco pour aller à Tinke, ville de départ de notre trek. 3h30 de trajet. Arrivés sur la place principale de Tinke nous commençons directement notre trek. On passe devant le poste d’entrée du parc, comme il n’y a personne nous filons et économisons au passage 20Sol. Nous traversons le petit village, passons un pont et faisons notre pause déjeuner au bord de l’eau avant d’attaquer la montée. Nous commençons à grimper, en chemin un chien nous accompagne jusqu’à Urpis. A cause de lui nous nous faisons aboyer dessus et menacer par d’autres chiens. A Urpis on plante la tente sur un campement où il a un bloc de sanitaires non accessibles. Nous ne sommes pas les seuls : 1 touriste américain accompagné d’un guide, d’un cuistot, d’un arrieros et de 4 mules. ça fait du monde et du matériel pour un seul touriste. Nous suivrons cette petite troupe sur tout notre trek.

En contre bas du campement, il y a des bains thermaux, qu’on testera du bout des doigts : en fait l’eau est bien chaude. Dès qu’on s’arrête de marcher, il fait froid et encore plus lorsque le soleil se couche. Du coup nous mangeons tôt et ne traînons pas à rentrer dans nos duvets. Durant la nuit, Matthieu rencontre un problème technique  : son matelas se dégonfle. Nous ne trouvons pas la fuite. A priori c’est une micro-fuite. Le problème ne pourra être résolu.

Légère montée du premier jour, l'Auzangate en arrière plan

Légère montée du premier jour, l’Auzangate en arrière plan

Lama avec de jolies boucles d'oreilles en laine

Lama avec de jolies boucles d’oreilles en laine

Source d'eau chaude naturelle (odeur de soufre)

Source d’eau chaude naturelle (odeur de soufre)

Notre campement à Urpis le premier jour

Notre campement à Urpis le premier jour

Piscine extérieure d'eau chaude

Piscine extérieure d’eau chaude

Nous et l'Auzangate

Nous et l’Auzangate

Jour 2 :
5h45 de marche
Couchés de bonne heure, levés de bonne heure. Nous prenons un bon petit déjeuner, plions nos affaires et démarrons la randonnée. Nous ne ferons que monter quasiment toute la matinée. On s’arrête déjeuner un peu avant midi. On croise un troupeau de moutons accompagnés d’agneaux qui ne nous craignent pas. Par contre la bergère est perchée un peu plus haut et se cache de nous. Elle est plus peureuse que ses moutons. Après une longue pause déjeuner nous repartons pour grimper encore un peu. Puis nous descendons vers un lago où nous voyons le campement du touriste et sa troupe déjà installé. Nous descendons les rejoindre. Nous n’avons pas chaud car il y a pas mal de vent. A notre arrivée des femmes (bergères) attendent que l’on paye pour le campement. Nous payerons 20Sol pour des installations (sanitaires et points d’eau) qui ne fonctionnent pas ! Une fois la tente montée, nous discutons avec l’équipe de l’américain (sans l’américain). Il nous offre des petits encas au fromage que le cuistot prépare en direct. Même refrain que la veille : une soupe et au lit.

Grand beau ciel bleu mais les degrés manquent un peu

Grand beau ciel bleu mais les degrés manquent un peu

Lama + Auzangate

Lama + Auzangate

Vigognes à la queue leu leu

Vigognes à la queue leu leu

Palette de couleurs

Palette de couleurs

Fleurs sans tige (au presque)

Fleurs sans tige (au presque)

Matthieu sur son caillou

Matthieu sur son caillou

Chemin parcouru

Chemin parcouru

Chemin à parcourir

Chemin à parcourir

Dégradé de couleurs magnifique

Dégradé de couleurs magnifique

Agnès en pause goûter

Agnès en pause goûter

Nos sacs aussi font une pause

Nos sacs aussi font une pause

La bergère se cache de nous

La bergère se cache de nous

Un mouton un peu curieux

Un mouton un peu curieux

Jour 3 :
5h15 de marche
On se lève et on déjeune. Nous partons avant l’américain and co. Ils nous rattraperons par la suite et nous indiqueront un chemin différent de notre trace GPS. Nous démarrons la journée par une montée (1h30). Arrivés au point culminant, 5000m, nous posons nos sacs et allons voir les glaciers de l’Auzangate et la montagne Mariposa (papillon en espagnol). Nous y restons un bon moment. Entre-temps le touriste et son régiment nous sont passés devant. Nous les suivons de loin. Nous redescendons dans la vallée pour ensuite remonter jusqu’à une petite laguna où nous retrouvons l’américain et son guide en pause. A peine sommes nous arrivés qu’ils repartent. Nous, nous faisons notre pause déjeuner au bord de l’eau. Après manger nous repartons sur le chemin classique au début, puis nous ne descendons pas dans le fond de la vallée, nous restons à peu près à la même altitude. En chemin nous croisons plusieurs bergères. Arrivés au campement (toujours la présence d’un bloc sanitaire non utilisable) nous plantons la tente à côté du groupe du touriste. Nous devons encore payer pour l’emplacement : 20Sol. A l’heure du dîner les odeurs de repas de la tente d’à côté arrivent jusqu’à la notre. Nous nous serions bien invités à leur table plutôt que de manger une fois de plus notre sachet de soupe lyophilisée. On se rattrapera en rentrant du trek, promis!

Cairns au col

Cairns au col

Au col, le relief a des courbes douces et des couleurs pastelles

Au col, le relief a des courbes douces et des couleurs pastelles

Plante résistant au froid

Plante résistant au froid

Glacier d'assez près

Glacier d’assez près

Point culminant 5000m

Point culminant 5000m

Sommets bien enneigés

Sommets bien enneigés

Pause déjeuner du troisième jour

Pause déjeuner du troisième jour

Vue sur la vallée

Vue sur la vallée

Au camp de base les chevaux de la caravane ont droit eux aussi au repos

Au camp de base les chevaux de la caravane ont droit eux aussi au repos

Jour 4 :

8h de marche
La matinée consistera en une longue montée jusqu’au col de Jampa. Le vent de face est glacial, les cours d’eau sont gelés mais la vue tout du long du trajet est splendide. Les arrieros du touriste américain nous doublent en pleine côté à une vitesse grand V. ça démoralise un peu Agnès. Arrivés au col, nous trouvons pleins de cairns. Ils ont fonction de protection religieuse. Ensuite nous descendons et nous croisons des touristes qui reviennent d’une balade sur le glacier. A un endroit nous avons plusieurs choix de chemin. Nous prenons le chemin de droite qui monte un peu mais pas longtemps. Nous avons droit à une belle vue sur 2 lagunas turquoises. Vers 12h nous arrivons dans une zone habitée où pâturent des lamas dans une prairie humide. Nous mangeons rapidement : déjeuner froid (galettes, barres de céréales, fruits secs, etc. Nous repartons et peu de temps après, nous arrivons à un petit village où il y a des thermes. Nous retrouvons le guide de l’amerloc et les arrieros. Nous discutons un peu avec eux et décidons de continuer la route : 2h30-3h de marche jusqu’à Tinke. Notre objectif : rentrer à Cusco le soir même. Avant de reprendre la route nous nous trempons les pieds dans les thermes : ça nous en coûtera 10Sol.  Juste après le village, il nous faut traverser un cours d’eau. Ne voyant pas de pont Matthieu décide de passer par des rochers. Il se casse la margoulette en glissant sur les pierres humides. Il se retrouve avec de l’eau jusqu’à la taille. Heureusement, rien de cassés et rien de perdus dans l’eau.

Anecdote : Par contre l’i-phone a pris un petit bain. Nous l’éteignons et l’essuyons du mieux que nous pouvons. Nous le laisserons 2 jours dans un sac de riz pour enlever l’humidité, mais ça ne suffira pas. A Cusco, un marchand dans la rue, spécialisé dans les téléphones, démontera totalement l’engin et le nettoiera à l’alcool pour trois fois rien. Le bébé de Matthieu ressuscitera, le soulagement!

Après le bain accidentel, Matthieu se change, il troque ses habits mouillés contre un short et des sandales (heureusement pour lui, il fait beaucoup plus chaud que le matin même). Nous reprenons notre chemin et trouvons LE PONT (20m plus loin). Nous passons le village de Pacchanta. Nous croisons pleins d’écoliers, qui nous dévisagent de la tête aux pieds. A la sortie du village, le chemin monte puis nous entamons une longue descente jusqu’à Tinke. Aux abords de Tinke les enfants viennent à notre rencontre. Ils nous disent tous bonjour et pour les plus culottés ils nous demandent des caramelos.  Nous arrivons à la place de Tinke à 17h00. On nous dit d’attendre sur le bord de la route qu’un bus passe. Après quelques minutes il semblerait qu’il n’y a plus de bus. Matthieu va à la pêche aux informations. Il ne sera pas possible de faire le trajet d’une seule traite comme à l’aller, nous devons composer avec les différents moyens de transports. Nous prenons d’abord un taxi collectif de Tinke à Ocongate. Nous finissons dans le coffre avec nos gros sacs. Puis de Ocongate à Urcos nous prenons un taxi collectif un peu cher mais rapide. Effectivement, il mettra 1h au lieu de 2h en bus. Nous montons dans la voiture de rallye et le pilote se prend pour Michael Schumacher dans les routes sinueuses de montagne. Une des passagères demandera au chauffeur de s’arrêter pour vomir, tellement le voyage est éprouvant pour l’estomac. On se cramponne aux sièges pour ne pas finir écraser contre les vitres de la voiture. Nous arrivons sains et saufs. Ensuite nous prenons un taxi collectif qui nous dépose près de l’hôpital de Cusco. Le trajet est nettement plus tranquille. Enfin, l’ultime taxi de la journée pour arriver jusqu’à la Plaza San Blas (près de notre auberge). Ensuite c’est le même refrain : une bonne douche chaude, une bonne bouffe bien grasse et un bon lit.

Vers le col de Jampa

Vers le col de Jampa

Les cairns au sommet du col

Les cairns au sommet du col

Descente vers la laguna en arrière plan

Descente vers la laguna en arrière plan

Couleur étonnante

Couleur étonnante

Montagne noire

Montagne noire

Panorama le dernier jour de trek

Panorama le dernier jour de trek

Lama de face

Lama de face

Glaciers sur les sommets

Glaciers sur les sommets

Zone humids

Zone humide

Village de Pacchanta

Village de Pacchanta

Conclusion : Nous avons fait le trek sans guide, et nous n’avons pas eu de difficultés à nous repérer. Il faut tout de même une trace GPS. Ce ne fut pas un trek très difficile mais nous avons tout de même ressenti les effets de l’altitude (surtout Agnès qui peinait dans les montée). On randonne aux alentours de 4500-5000m. Nous avons un peu souffert du froid et du vent surtout près des glaciers. Attention tout de même au soleil, car nous avons pris des coups de soleil sur les quelques centimètres carré de peau qui étaient visibles (mains et visage).

Voici la trace GPS du parcours, le troisième jour nous avons fait différemment en suivant les conseils du guide :

Bonus, la galerie photos :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :