Tarija

Du 25/06 au 14/07 :

Après quelques jours à Tupiza, nous prenons la direction de Tarija. La région est plus agréable, le climat de ces derniers jours nous ayant un peu refroidit. Pour s’y rendre nous optons pour la solution la plus complexe : prendre un bus jusqu’à Villazon (ville frontalière avec l’Argentine) et le jour suivant un second bus à Tarija. Pourquoi le plus complexe ? Parce qu’il y a des bus directs Tupiza – Tarija mais ils partent en fin de journée. Ils voyagent donc de nuit et il est donc impossible de profiter des paysages qui sont apparemment sublimes. Verdict : oui ça valait le coup, paysages incroyables mais le trajet est à déconseiller aux personnes sujettes aux vertiges. Parfois, on s’est demandé comment les chauffeurs de bus faisaient pour se croiser !

Tarija est une ville du sud de la Bolivie, elle jouit d’un climat agréable quasi méditerranéen disent certains. Et, c’est aussi la (principale) région viticole de Bolivie. On ne pouvait pas passer à coté…

Là-bas, il y a plusieurs adresses de WWOOFING. Nous envoyons quelques mails, Mauricio accepte de nous accueillir. Il produit des conserves d’aliments préparés : ratatouille “picante“, oignons à l’escabèche, sel fumé (un régal), limoncello (liqueur de citron, recette italienne).

Sel fumé et agrumes confits

Sel fumé et agrumes confits

Quelques produits de Mauricio (ratatouille picante, limoncello, et sel fumé)

Quelques produits de Mauricio (ratatouille picante, limoncello, et sel fumé)

Escabèche d'oignons et ratatouille

Escabèche d’oignons et ratatouille

Le limoncello

Le limoncello

Cependant, il n’a pas de quoi nous héberger à moins que nous ayons une tente. Ça tombe bien la notre n’a pas servie depuis longtemps !

Mauricio possède une propriété dans la ville de Tarija. Elle compte un jardin – espaces verts, un laboratoire de cuisine, son bureau – espace de vente, ses appartements et un préau. C’est sous celui-ci que nous passerons nos 15 prochains jours.

Le jardin de Mauricio avant

Le jardin de Mauricio avant

Le laboratoire

Le laboratoire

Chez Mauricio, il y a aussi 3 chats dont 2 intrus squatteurs et voleurs de nourriture.

La chatte de Mauricio

La chatte de Mauricio

"Mierda de gatos", squatteurs et voleurs

“Mierda de gatos”, squatteurs et voleurs

Le rythme de travail est idéal : 8h-12h. !

Notre travail principal consiste à nettoyer le jardin et le préparer pour la prochaine saison. Mauricio veut augmenter sa production de “rucula“, entendez roquette. Il est le seul à proposer ce produit à Tarija, très appréciée des restaurateurs tarijeños. Nous avons aussi sauvé les jeunes pousses de citronniers. Plus tard, ils serviront de cadeaux aux clients fidèles de Mauricio.

Jardin in progress

Jardin in progress

La Rucula

La Rucula

Jardin nettoyé et près pour la nouvelle saison (au fond le préau et notre tente)

Jardin nettoyé et près pour la nouvelle saison (au fond le préau et notre tente)

L’entreprise se nomme Saborati. Chaque matin, 2-3 personnes viennent pour cuisiner les recettes et préparer les conserves.

Un jeune garçon (José) vient les lundis pour aller faire les courses (ingrédients nécessaires pour les recettes) au marché de Tarija : le “mercado campesinos“. C’est un immense mercado où les paysans de la région viennent vendre leurs produits, on y trouve aussi de tout et n’importe quoi et pas seulement des fruits et légumes. Lors de notre premier lundi, nous avons accompagné José au mercado pour lui donner un coup de main (porter les sacs de fruits et légumes). On a découvert ce que mercado signifiait en Bolivie ! Un second jeune homme vient en fin de semaine pour distribuer les produits finis dans les boucheries/charcuteries et les épiceries de la ville.

Mercado Campesino

Mercado Campesino

Ils sont frais ceux du bas ?...

Ils sont frais ceux du bas ?…

Du coup avec tout nos après-midis de libre nous en profitons pour découvrir Tarija et ses environs… En réalité, on passera plus de temps à regarder les matchs de la coupe du Monde dans les différents bars (équipés de wifi) de la ville…

Tarija est une jolie ville, il est très agréable de s’y balader. Elle possède de jolies places, de belles églises et quelques bâtiments datant de l’époque coloniale.

Place Luis de Fuentes, vendeuse de maïs pour les pigeons

Place Luis de Fuentes, vendeuse de maïs pour les pigeons

Les gosses adorent donner à manger aux pigeons

Les gosses adorent donner à manger aux pigeons

Envol de pigeons

Envol de pigeons

Iglesia San Roque

Iglesia San Roque

Casa Dorada (c'est l'édifice qui est représenté sur les billets de 20 bob)

Casa Dorada (c’est l’édifice qui est représenté sur les billets de 20 bob)

Iglesia San Juan

Iglesia San Juan

En marche vers la copa de Vino

En marche vers la copa de Vino

Panorama depuis la copa de vino

Panorama depuis la copa de vino

A notre passage, c’était le 400ème anniversaire de la naissance de Tarija, du coup il y a plusieurs événements festifs auxquels nous participons :

  • inauguration d’un espace de tourisme Salta-Tarija (ou Tarija-Salta, nous pensons qu’ils n’ont jamais réussi à s’entendre) avec concerts, petits fours, etc.
    Toute la crème est présente : Mr le curé, le maire de Salta, de Tarija et le président du conseil général

    Toute la crème est présente : Mr le curé, le maire de Salta, de Tarija et le président du conseil général

    Groupe de musique traditionnelle muy famoso

    Groupe de musique traditionnelle muy famoso

    Instruments de musique typique

    Instruments de musique typiques

  • concert gratuit (sorte de festival avec plusieurs artistes)
  • dimanche “rodéo”, musique traditionnelle, et chancho a la cruz : c’est comme un michoui chez nous, la méthode de cuisson est différente (voir photo), mais c’est succulent !
Écartèlement de chancho

Écartèlement de chancho

Découpe du chancho, nous avons les babines qui salivent

Découpe du chancho, nous avons les babines qui salivent

Une part de chancho avec un Kolberg tinto

Une part de chancho avec un Kolberg tinto

Il a droit au bonnet d'âne

Il a droit au bonnet d’âne

C'est parti !

C’est parti !

Le rodéo est accompagné de chansons traditionnelles

Le rodéo est accompagné de chansons traditionnelles

C'est bon les glaces !

C’est bon les glaces !

Envie de danser ?

Envie de danser ?

On ne choisit pas !!

On ne choisit pas !!

Danse traditionnelle

Danse traditionnelle

Ce qu’il y a de bien avec le WWOOFING, c’est que l’on découvre la région avec un œil différent (pas celui des guides touristiques). Mauricio nous donne plein de bonnes adresses et grâce à lui nous rencontrons pas mal de personnes. On se rappellera, entre autres, de Martin qui possède lui aussi un jardin urbain dans lequel tous les samedis des cours de jardinage sont dispensés. Lors de notre passage, nous passerons plus de temps à discuter avec le professeur de sujets étranges (les extraterrestres sont des habitués de la région…) que jardiner avec les élèves.

Le jardin de Martin, au premier plan la parcelle des élèves

Le jardin de Martin, au premier plan la parcelle des élèves

Nous gardons aussi un bon souvenir (même deux) de ce fameux fromages de chèvre qu’une femme de Tarija réalise selon une recette française. Après 6 mois de voyage, que c’est bon de manger un bon fromage avec du pain frais !

Comme quoi, le bonheur est dans les choses simples

Comme quoi, le bonheur est dans les choses simples

Ce dernier était la touche finale de notre repas à la française que nous avions cuisiné pour Mauricio (et pour nous).

La sopa de cebolla

La sopa de cebolla

Cuisine française : boeuf, carottes, pruneaux

Cuisine française : boeuf, carottes, pruneaux

Le far breton d'Agnès

Le far breton d’Agnès (servi un matin)

Avant et après le WWOOFING, nous étions à l’hôtel La Casa Blanca. Le lieu est charmant, reposant et le staff est vraiment au top. Luis, le gérant, connait vraiment bien la région.

Notre hôtel : La Casa Blanca

Notre hôtel : La Casa Blanca

Intérieur de la pièce commune

Intérieur de la pièce commune

Dodo avec moman

Dodo avec moman

Edith aux couleurs de l'Allemagne pour la finale

Edith aux couleurs de l’Allemagne pour la finale

Nous avons visité San Lorenzo (petite bourgade au Nord de Tarija) fameuse pour ces pains bollos (sorte de grand pain plat et rond), ses empanadas queso-cebolla et une boisson dont nous avons oublié le nom (très sucré).

Une petite boisson sucrée en sac (c'est le récipient classique ici)

Une petite boisson sucrée en sac (c’est le récipient classique ici)

Nous nous sommes rendus au grand réservoir d’eau de San Jacinto. C’est le lieu  où le tarijeño et sa famille vont le weekend. On peut se balader au bord du lac et manger des petits crabes rouges – los cangrejos – dans la multitude de restaurants qui bordent la route. A 16h, ces petites bêtes ne nous donnant guère envie, nous préférons manger une crêpe à la farine de maïs : muy rico. Il parait que la recette s’inspirerait de la crêpe française, pardon, bretonne…

La represa San Jacinto

La represa San Jacinto

Avec une allemande, nous nous sommes rendus à l’unique observatoire de Bolivie. Tous les soirs, il est organisé une visite afin de faire découvrir la voute céleste avec ses constellations et ensuite observer à la lunette d’un télescope la Lune, la planète Saturne et les trois soleils de la galaxie la plus proche de la notre.

C'est la pleine lune ce soir

C’est la pleine lune ce soir

Agnès la tête dans les étoiles

Agnès la tête dans les étoiles

Nous ne pouvions quitter la région sans visiter Valle Concepcion (ou Uriondo). C’est un pittoresque village qui regroupe les quelques caves produisant un vin artisanal (vino patero). On extrait le jus des raisins avec les pieds.

Les vignes de Valle Concepcion

Les vignes de Valle Concepcion

Fresque à Valle Concepcion

Fresque à Valle Concepcion

Fresque à Valle Concepcion

Fresque à Valle Concepcion

Cour intérieure de la cave

Cour intérieure de la cave

Moment dégustation

Moment dégustation

Nous ferons aussi une balade de 2 jours sur un ancien chemin inca. Nous y avons dédié un article. A venir très prochainement…

Cette troisième expérience de WWOOFING fut encore très intéressante et nous quittons Tarija avec la tête pleine de bons souvenirs. Pour Mauricio, ce n’est qu’un au revoir puisque nous avons prévu de se retrouver plus tard au cours de notre voyage…

Comme d’habitude, un diaporama des photos :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

2 reflexions sur “Tarija

  1. Pingback: Missions Jésuites - MAIS ILS SONT OU ?!!

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :