Puerto Madryn (Péninsule Valdès)

Du 28/01 au 31/01 :

Pour nous rendre à la Péninsule Valdès, plus précisément la ville de Perto Madryn, nous avons eu 20h de bus. Désirless nous interprète son seul et unique tube : Voyage, Voyage durant les premiers kilomètres du voyage (chanson diffusée dans le bus).

On the road

On the road

Un peu avant d’arriver à destination, nous avons eu droit à une fouille du bus par des gendarmes avec des chiens de détection et quelques kilomètres avant l’entrée de ville nous tombons dans des bouchons. Nos chauffeurs se permettent de rouler sur la voie de gauche. Après information, nous apprenons que le bouchon est lié a la grève des pêcheurs. Ils bloquent l’intégralité des routes pour se rendre dans le sud depuis Puerto Madryn. En même temps , cela fait 3 mois qu’ils n’ont pas été payés.

Région désertique

Région désertique

Puerto Madryn est une petite ville balnéaire (de grandes plages de sables fins) où de nombreux argentins viennent passer leur vacances estivales.

Vue depuis Puerto Madryn

Vue depuis Puerto Madryn

Elle est aussi la porte d’entrée de la grande péninsule de Valdès où il est possible d’observer une faune marine très riche. Les côtes hébergent des colonies de lions de mer, d’éléphants de mer, de manchots, etc. En mer, il est possible d’observer des orques et des baleines, mais pas toute l’année. Nous sommes justement dans la période creuse. Les baleines viennent ici pour se reproduire et donner naissance à leur petit.

Un peu plus au sud, à Punta Loma, il est possible d’observer une colonie de lions de mer (résidente à l’année). Nous louons 2 vélos pour nous y rendre, c’est à 17km. Le chemin, une piste pour 4×4, est un mélange de graviers et de sable, vraiment pas pratique en vélo. Nous faisons l’aller sous une soleil brulant, mais avec le vent dans le dos.

Agnès qui galère

Agnès qui galère

Une fois sur site, nous pouvons observer les bestiaux depuis le haut de la falaise (30 mètres). Ils ne semblent vraiment pas fait pour se déplacer sur le sol, on dirait des sortes de grosses limaces aux rugissements de lion. Par contre, une fois dans l’eau c’est tout autre chose, leurs mouvements sont gracieux et ils se déplacent très vite.

Le retour en vélo fut plus laborieux. A mi-chemin, les éléments se sont ligués contre nous. Nous avons eu droit à un mélange de vent fort (de face), de sable et de pluie !

Puerto Madryn sous la tempête

Puerto Madryn sous la tempête

Avec la grève, nous décidons de partir le lendemain (journée du vendredi normalement prévue pour faire le tour de la péninsule) car la grève est suspendue mais doit reprendre ce weekend.

Un petit graffe près de notre hostel :

Graffe

Graffe

5 reflexions sur “Puerto Madryn (Péninsule Valdès)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :