Potosi

Du 28/07 au 29/07 :

Nous sommes arrivés à Potosi en début d’après-midi. C’est une ville qui se situe à 4070m, une des villes les plus hautes du monde. Il fait donc beaucoup plus froid qu’à Sucre et l’acclimatation pour Agnès est un peu plus difficile (mal de crâne). Nous passons l’après-midi à visiter la ville et à admirer les façades des bâtiments coloniaux. Lorsque la nuit tombe l’éclairage des bâtiments de la plaza de Armas et d’autres édifices sont très bien mis en valeur. Hélas, nous n’en profitons pas longtemps car une fois le soleil couché, il fait un froid de canard, et comme partout en Bolivie il n’y a pas de chauffage dans les maisons. On se retrouve donc à 17h30 dans nos lits avec nos bonnets, sous 3-4 couvertures.

Façade d'une des nombreuses églises

Façade d’une des nombreuses églises

Porte d'entrée monumentale

Porte d’entrée monumentale

Ruelle de Potosi, en arrière plan le Cerro Rico

Ruelle de Potosi, en arrière plan le Cerro Rico

Cathédrale de Potosi illuminée

Cathédrale de Potosi illuminée

Le lendemain, nous partons visiter les mines du Cerro Rico. C’est une montagne au minerai d’argent qui domine la ville de ses 4824m, elle perd quelques centimètres chaque année (dû à l’exploitation des filons d’argents). Aux temps de l’empire colonial, la région était le centre économique de l’Amérique et la richesse coulait à flots dans la ville. Les tonnes d’argent extraites de la colline auraient permis la révolution industrielle en Europe. On dit que la quantité d’argent extraite des mines de Potosi suffirait à construire un pont au-dessus de l’Atlantique pour relier l’Amérique du sud à l’Europe. Malheureusement, environ 8 millions d’Indiens mourront dans les mines à cause de problèmes respiratoires ou encore à la suite d’éboulement dans les galeries. Aujourd’hui et bien que déclarées épuisées, les mines sont toujours exploitées par les habitants de la région, dans des conditions de sécurité toujours désastreuses pour les mineurs. Les mineurs se sont regroupés par coopérative.

Vue sur Potosi depuis les hauteurs

Vue sur Potosi depuis les hauteurs

Le cerro rico

Le cerro rico

Panorama sur le cerro Rico

Panorama sur le cerro Rico

Nous partons avec l’agence Big Deal Tours pour visiter les mines du Cerro Rico. Composée d’anciens mineurs, elle propose des visites guidées. Le prix de l’excursion était assez chers par rapport à d’autres agences, mais nous avons traversé complètement la montagne, alors que durant la visite nous avons vu plusieurs groupes faire demi-tour. L’agence reverse une part du prix payé à la coopérative des mineurs.

La visite des mines commence par un petit tour au marché des mineurs. Il y a tout le matériel nécessaire et rudimentaire pour les mineurs : bâtons de dynamites, feuilles de coca, boissons sucrés, alcool (pour la divinité de la montagne!), etc. Le guide, nous suggère d’acheter des sacs avec de la coca, des boissons sucrés, pour les donner aux mineurs que nous rencontrerons en chemin. Ensuite, nous sommes partis nous équiper pour aller dans les mines : bottes, pantalon, chemise, casque, lumière. On avait tous le même accoutrement. Une fois changés nous sommes allés à l’usine de raffinage des métaux. Hélas, l’eau était gelée du coup les machines n’étaient pas en fonctionnement. Notre guide nous a tout de même montré des morceaux minuscule d’argent. Puis nous sommes montés en minibus jusqu’à la montagne à l’une des entrées des mines. Nous avons visité les mines pendant 2h. Nous avons vu des minéraux de toutes les couleurs : jaune, vert, bleu, blanc, etc. Le comble c’est que tous ses minéraux colorés se trouvent dans le noir ! Nous avons croisé quelques mineurs qui travaillaient. Les conditions de travail sont horribles : dans le noir, les pieds dans l’eau, atmosphère poussiéreuse, humide et chaude, portage d’énormes sacs de gravats sur le dos, aucune mécanisation des outils, les mineurs percent la roche avec une barre métallique et un marteau. Nous avons monté des échelles assez abruptes pour aller voir la statue du TIO  (dieu souterrain). Le guide a fait des prières pour nous tous au dieu de la montagne : enfants, mariage, joie, etc. On a fait des offrandes au dieu et on a bu un petit coup d’alcool à 96° en passant. Bien sûr la statue a eu droit à son petit verre aussi! Enfin, nous sommes ressortis de l’autre côté de la montagne. Nous avons vu des mineurs à l’extérieur en pause. Nous avons discuté un peu avec eux et bu un verre de bière. La visite était terminée. Nous sommes redescendus de la montagne et nous nous sommes changés. On était de retour au centre ville en début d’après-midi.

En tenue de mineur

En tenue de mineur

Salle de traitement

Salle de traitement

 

Une mini pépite d'argent

Une mini pépite d’argent

Les sacs contiennent les gravats en attente d'acheminement vers les plateformes de raffinage

Les sacs contiennent les gravats en attente d’acheminement vers les plateformes de raffinage

Mineur en plein travail

Mineur en plein travail

On a tout consommé ... comme combustible pour le réchaud ! Les mineurs la consomment pour de vrai.

On a tout consommé … comme combustible pour le réchaud ! Les mineurs la consomment pour de vrai.

Le Tio, dieu des mineurs (statue interdite aux moins de 18)

Le Tio, dieu des mineurs (statue interdite aux moins de 18)

Minerais colorés

Minerais colorés

L’après-midi nous avons visité le musée Casa de la Monedad. C’est l’ancien bâtiment où était fabriqué les pièces de monnaie bolivienne. Le bâtiment est impressionnant, immense et bien entretenu et restauré. Nous avons fait la visite avec un guide. Comme pour la casa de la Libertad à Sucre, on a du payé un supplément pour pouvoir prendre des photos à l’intérieur.

Reflet du visage emblématique de Potosi

Reflet du visage emblématique de Potosi

Intérieur de la casa de la monedad

Intérieur de la casa de la monedad

En noir et blanc, les machines utilisés pour fabriquer les pièces de monnaies

En noir et blanc, les machines utilisés pour fabriquer les pièces de monnaies

Outils utilisés dans les fonderies d'argent

Outils utilisés dans les fonderies d’argent

Les nouvelles machines à vapeur

Les nouvelles machines à vapeur

Nous ne sommes pas restés une nuit de plus à Potosi à cause du froid. Nous avons préféré prendre un bus de nuit pour aller à Cochabamba. Cette fois le bus était tout confort, c’est l’un des meilleurs que nous ayons eu de tout notre voyage!

L’habituelle galerie photos :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

2 reflexions sur “Potosi

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :