Cochabamba

Du 30/07 au 31/07 :

Après la froide et haute ville Potosi, direction Cochabamba. La ville jouit d’un climat beaucoup plus agréable. Elle ne possède pas énormément d’attraits touristiques et est surtout réputée pour son immense marché : la Chanca.

Avant de s’y rendre nous visitons le centre ville de Cochabamba qui entre nous n’a rien d’exceptionnel. Nous partons ensuite à la découverte d’un parc (Parque Ecoturistico Pairumani) sur les conseils de notre hôtel. Il offre une jolie vue sur la ville, mais le rio et la cascade qui s’y trouvent ne sont pas grandioses, peut être que c’est plus impressionnant en période des pluies.

Bus coloré de Cochabamba

Bus coloré de Cochabamba

Vendeuse de jus d'oranges frais, un régal !

Vendeuse de jus d’oranges frais, un régal !

Vue depuis le parc Pairumani

Vue depuis le parc Pairumani

Le lendemain, nous nous rendons au village de Punata, il est réputé pour son marché aux animaux du jeudi. Peut être que nos guides ne sont plus à jour, car nous avons trouvé un petit mercado classique mais pas de foire aux bestiaux. En revanche, nous avons pu goûter à notre première chicha, cette dernière était à la pomme. C’est une boisson fermentée consommée depuis pas mal de siècles en Amérique Latine. Elle se décline de plusieurs façons : pomme, maïs, cacahuètes, etc. C’est pas mauvais, mais le gringo ne doit pas trop en abusé, la boisson étant en pleine fermentation… C’est un peu comme la bernache, pour ceux qui connaissent.

Entrée chez la vendeuse de chicha

Entrée chez la vendeuse de chicha

La vendeuse guette le client

La vendeuse guette le client

Gosse sur la place en plein cirage

Gosse sur la place en plein cirage

Au retour, nous nous attaquons à l’immense mercado La Chanca. Il s’étale sur plusieurs rues de la ville et est divisé en pleins de secteurs : fruits et légumes, artisanats, hifi, viandes, pâtisseries, cordonniers, etc. Parmi ceux-ci, il y a celui de la sorcellerie. On y trouve des fœtus de lama, des herbes médicinales, des racines, des peaux de serpent, etc. Nous n’avons pas beaucoup de photos, les vendeurs ne nous ayant pas autorisés. La sorcellerie ou plus tôt les anciennes croyances sont encore très présentes (ère pré-colombienne). Le peuple bolivien très catholique n’en a pas pour autant oublié ses croyances ancestrales. Aujourd’hui, enterrer un fœtus de lama sous sa maison pour porter chance, ou consulter un sorcier pour souhaiter le bien ou le mal, font partis comme la messe de la culture bolivienne.

Passage entre les étales des sorciers, on voit en haut des fœtus de lamas

Passage entre les étales des sorciers, on voit en haut des fœtus de lamas

Vendeuse de fruits et légumes

Vendeuse de fruits et légumes

Petite vieille qui déambule dans le marché

Petite vieille qui déambule dans le marché

Le coin de la couture

Le coin de la couture

Diseur de bonne aventure

Diseur de bonne aventure

Nous n’avons pas pris le temps de visiter le Cristo Redentor de Cochabamba qui a la particularité d’être le jumeau de celui de Rio de Janeiro mais aussi d’être plus grand (de quelques centimètres). Nous filons vers La Paz, la capitale la plus haute du monde !!

La galerie photos :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

4 reflexions sur “Cochabamba

  1. joelle harscouet

    je ne vois rien aucun article depuis un bon moment , c’est normal ?
    Gros bisou à vous 4
    Yvon peut marcher avec sa cheville abîmée ?

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :